Fond féminine

barthelemyBARTHELEMY LAURE
Née le : 05.08.1988 – à : BRIANCON (05)
Club : DEFENSE EMHM / S.C NORDIQUE PAYS ROCHOIS
Comité : COMITE REGIONAL MONT-BLANC
Skis : FISCHER, Chaussures : FISCHER,
Fixations : FISCHER, Gants : SWIX, Lunettes : UVEX,
Bâtons : SWIX,
Sponsor bandeau : PAYS ROCHOIS
Résultats et fiche FIS

 

faivreFAIVRE PICON ANOUK
Née le : 18.02.1986 – à : PONTARLIER (25)
Club : DEFENSE EMHM / CLUB DES SKIEURS RANDONNEURS
Comité : COMITE REGIONAL MASSIF JURASSIEN
Skis : MADSHUS, Chaussures : SALOMON,
Fixations : SALOMON, Gants : SWIX, Lunettes : JULBO,
Bâtons : SWIX,
Sponsor bandeau : LACROIX EMBALLAGE
Résultats et fiche FIS
Elle est définitivement rentrée dans la cour des grandes l’an passé, en signant son premier top 10 en Coupe du monde (8e) sur le 15 km libre individuel de Davos. Quelques mois plus tard, Anouk Faivre Picon devenait double championne de France de ski de fond (10 km libre, skiathlon) et terminait 2e du sprint classique derrière sa grande copine Aurore Jean,Jurassienne comme elle. Son titre de championne de France de rollerski l’été dernier annonçait un bel hiver. Un hiver qui a finalement mis du temps à voir le jour et c’est sur le plateau des Confins lors de la Coupe du Monde de la Clusaz qu’Anouk a vraiment retrouvé de bonnes sensations, terminant aux portes du top 30 de la mass-start en style classique, discipline qu’elle n’affectionne pas particulièrement. Le lendemain, la fondeuse de Pontarlier signait le meilleur temps de son relais lors du 4x5km dames. De retour à Davos, elle terminait quelques semaines plus tard 18e du 10km libre comme sur le même format de course lors des championnats du monde à Val di Fiemme. Son gabarit léger permet également à Anouk de briller sur les longues distances. Triple vainqueur de la Foulée Blanche sur le plateau du Vercors, elle a aussi remporté l’Engadine, une célèbre course suisse comptant pour la Coupe du monde de longues distances ; elle est championne de France 2010 de marathon. Aux Contamines, nul doute que la militaire jurassienne montera à nouveau sur les podiums…

jeanJEAN AURORE
Née le : 25.06.1985 – à : BESANCON (25)
Club : DOUANES / LES SKIEURS ROUSSELANDS
Comité : COMITE REGIONAL MASSIF JURASSIEN
Skis : FISCHER, Chaussures : SALOMON, Fixations : SALOMON, Gants : ROECKL, Lunettes : JULBO,
Bâtons : ONE WAY,
Sponsor bandeau : LACROIX EMBALLAGES
Résultats et fiche FIS
Elle est depuis mi-février la deuxième Française à être montée sur un podium en Coupe du Monde, la première étant la Vosgienne Karine Laurent Philippot, qui a mis un terme à sa carrière l’hiver dernier. Aurore Jean tournait autour de la boite depuis un petit moment… Qualifiée pour des finales de sprint à plusieurs reprises, c’est à Sotchi, sur la future piste olympiques qu’elle a réussi pour la première fois à concrétiser le travail de ces dernières années. Spécialiste du sprint, elle est capable de briller en style libre comme en classique. Son podium en Russie l’a certainement libérée même si la Jurassienne des Rousses, élément indispensable de l’équipe de France, a déjà de beaux faits d’armes à son palmarès. Son titre de vice-championne du monde espoirs 2008 sur le 10 km classique, un an après avoir terminé quatrième du classement général de la Coupe continentale en est l’illustration. Mais la douanière de 27 ans ne veut pas s’arrêter là. D’avoir brillé à Sotchi lui a forcément donné des idées pour l’hiver prochainau parfum olympique même si Aurore garde la tête sur les épaules. Autre fait marquant dans la personnalité de la Jurassienne, elle est la seule fondeuse du groupe mariée. Elle s’appelait jusqu’à il y a deux ans Aurore Cuinet avant de prendre le patronyme de Frédéric Jean, ancien biathlète de l’équipe de France. Championne de France de sprint en style classique l’an passé, elle aimerait récidiver aux Contamines-Montjoie, cette fois en style libre. Elle pourrait également s’attribuer le titre de la mass-start en style classique dont elle est la meilleure Française

Et encore

Delphine Claudel (jeunes)
Son nom parle forcément aux aficionados de ski nordique. Si elle n’a pas de lien de parenté avec l’ancienne biathlète Véronique Claudel, championne olympique à Albertville en 1992, Delphine Claudel porte tout de même les couleurs du même club, La Bressaude, qui compte également dans ses rangs le senior de l’équipe de France Adrien Mougel. Encore cadette l’hiver dernier, elle a frappé un grand coup en début de saison à Montgenèvre en terminant 3e de la première Coupe de France pour ses débuts en catégorie jeunes, derrière deux seniors, et devant les meilleures skieuses juniors françaises. Une surprise pour beaucoup de monde qui découvrait la Vosgienne. Pas pour son entraîneur Guillaume De Nardin qui connait le potentiel de la fondeuse de la Bressaude, déjà sur le devant de la scène nationale lorsqu’elle était minime puis cadette. Sélectionnée plusieurs fois en Coupe continentale, Delphine a impressionné les autres nations en remportant notamment un individuel classique mass start mi-décembre en Autriche avant de se qualifier pour le Festival olympique de la jeunesse européenne (FOJE), où elle a été régulière autour de la quinzième place. Seulement battue une fois en Coupe de France, vice championne de France jeunes de rollerski l’été dernier puis de skiathlon mi-janvier pour deux petites secondes derrière la fondeuse de Villard-sur-Boëge Léa Damiani, la Vosgienne pourrait briller lors des championnats de France et remporter un premier titre national dans sa catégorie.

JULIA DEVAUX (junior)
Au premier plan chez les cadettes puis en jeunes, Julia Devaux a intégré l’équipe de France à l’issue de l’hiver 2011 où elle a découvert le circuit international et participé au FOJE (Festival olympique de la jeunesse européenne). La Villardienne, fille de l’ancien entraîneur de l’équipe de France féminine Jean-François Devaux, est aujourd’hui la seule junior de l’équipe coachée par Corinne Niogret. « Julia est une fille qui a du potentiel, confirme « Coco » l’ancienne biathlète. Elle a de grosses qualités en sprint et peut progresser en augmentant encore ses heures d’entraînement. » Auteur de plusieurs podiums en Coupe continentale et sélectionnée à deux reprises pour participer aux championnats du monde juniors, elle est passée au travers de son début d’hiver, fatiguée par un entraînement non assimilé. A l’issue des Mondiaux juniors de Liberec, fin janvier, la Dauphinoise a décidé de couper avec la compétition et remettra le dossard pour la fin de saison avec l’envie de bien terminer son hiver pour sa dernière année en junior. Vice- championne de France de sprint classique l’an passé, triple championne de France de rollerski, elle voudra aller cueillir un premier titre sur neige aux Contamines avant de découvrir certainement le haut-niveau. Etudiante en IUT Techniques de commercialisation à Grenoble, en section aménagée, la fondeuse de Villard-de-Lans devrait intégrer le Team Grenoble Isère Nordique au printemps ce qui lui permettrait de continuer sa progression.

CELIA BOURGEOIS
Ancienne membre de l’équipe de France de biathlon, médaillée aux Mondiaux juniors et triple championne de France dans la catégorie, la Jurassienne Célia Bourgeois a ensuite posé la carabine et s’est installée sur le plateau du Vercors. Devenue entraîneur du Guc Grenoble Ski, club dont elle porte toujours les couleurs aujourd’hui, elle a retrouvé goût à la compétition, d’abord sur les longues distances puis sur le circuit national de ski de fond. Soutenue par le Team Grenoble Isère Nordique, elle s’est vite sélectionnée en Coupe du monde, sur des épreuves en style libre, le style classique, qu’elle a peu pratiqué en biathlon, étant son point faible. Sa progression rapide impressionne. Les compétences de la Dauphinoise en matière d’entraînement dont elle est l’une des spécialistes sont pour beaucoup dans son ascension. Devenue l’une des pièces maitresses du relais tricolore, elle participe à ses premiers championnats du monde à Liberec en 2009. L’année suivante, elle découvre les Jeux Olympiques de Vancouver et met un terme à sa carrière internationale à l’issue de l’hiver 2011 où elle s’est notamment qualifiée pour ses second Mondiaux, à Oslo, la mecque du ski de fond. Pas de ski pour Célia l’hiver 2011, puisque la Grenobloise donnera naissance à une petite Tessa. Jeune maman, elle est de nouveau solide début décembre sur le premier Subaru Nordic Challenge et remporte la première épreuve avec près d’une minute d’avance sur sa dauphine. La suite n’est que plus belle puisque la Dauphinoise, qui se fait désormais plaisir sur les courses populaires, termine seconde de la Foulée Blanche à une demi spatule de Coraline Hugue puis rem
porte la Transjurassienne, la longue distance phare en France. De retour au plus haut niveau, elle devrait poser quelques difficultés aux Françaises de l’équipe de France lors des championnats de France.

CELIA AYMONIER
C’est la très belle surprise de l’hiver. Aux côtés de ses aînées Aurore Jean, Anouk Faivre Picon ou Coraline Hugue, Célia Aymonier a parfaitement intégré le groupe A de l’équipe de France féminine au printemps dernier. Large vainqueur du classement général de la Coupe continentale l’hiver dernier avec deux cent points d’avance sur sa dauphine pour sa première année en senior, la fondeuse de Fourgs, a par la même occasion gagné sa place en Coupe du monde et signé un premier contrat avec l’Armée, ce qui lui permet d’être salariée de l’institution pour s’entraîner et de bénéficier d’une couverture sociale. Polyvalente, la jeune Jurassienne de 21 ans au petit gabarit, a marqué ses premiers points en Coupe du monde cet hiver, en sprint comme en distance, en style libre comme en classique et a découvert le Tour de Ski. L’hiver a été riche pour Célia qui a participé aux championnats du monde espoirs où elle s’est classée 8e du skiathlon avant de se sélectionner pour ses premiers vrais Mondiaux, à Val di Fiemme fin février. En l’absence de Laure Barthélémy, blessée cet hiver, elle est la quatrième relayeuse de cette équipe de France féminine qui progresse d’année en année. « Je me rapproche des meilleures de course en course, c’est motivant pour la suite » lâche la Jurassienne qui continue son apprentissage et pourrait briller dans les prochaines années. Aux Contamines et après une saison dense, Célia tentera de monter sur ses premiers podiums nationaux en seniors.

CORALINE HUGUE
Elle est la chef de file de la nouvelle génération des Alpes provençales. Vice -championne du monde espoirs en 2007, Coraline Hugue a créé une dynamique dans un comité formateur où de plus en plus de jeunes pointent le bout de leur nez (Lise Marseille, Paul Goalabré, Tao Quéméré, Richard Jouve…). Coupée en pleine ascension alors qu’elle terminait l’hiver avec une 11e place en Coupe du monde, victime d’une lésion ligamentaire au niveau du genou gauche lors d’une sortie de ski alpin à l’issue de l’hiver 2009, la souriante fondeuse des Orres-Crévoux-Embrun a manqué les Jeux Olympiques de Vancouver auxquels elle rêvait de participer. Après deux années en retrait, la militaire, spécialiste du style libre, a retrouvé cet hiver son meilleur niveau, se classant septième du prologue du Tour de ski puis 12e du 10 km libre de Davos mi-février, accrochant également à son palmarès fin janvier, la Foulée Blanche, célèbre course populaire se déroulant sur le plateau du Vercors et se classant cinquième avec les Bleues lors du relais de la Coupe du monde de la Clusaz mi-janvier. Mais sa perf de l’hiver, c’est lors des championnats du monde à Val di Fiemme que « Cora » l’a réalisée, intégrant pour la première fois de sa carrière un top 10 individuel sur un grand événement. Finalement 10e du 10 km libre après avoir longtemps eu le meilleur temps provisoire, les spectateurs ont pu découvrir sa bouille sur le petit écran. Plutôt spécialiste du style libre, elle pourrait briller sur le sprint aux Contamines mais c’est surtout lors des championnats de France de longues distances, quelques jours plus tôt qu’on devrait la retrouver sur le devant de la scène nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>